• Nutons : Lutins de Spontin

    Les nutons, une légende ?

    Dans notre beau Condroz, les nutons sont connus,

    qu'ici, qui la, ils étaient partout.

    Les Nutons étaient de taille minuscule, «la hauteur de nos jambes»...

    Les nutons, une légende ?

    Dans notre beau Condroz, les nutons sont connus,

    qu'ici, qui la, ils étaient partout.

      

    Les Nutons étaient de taille minuscule, «la hauteur de nos jambes». 

    Ils avaient le teint basané, les yeux noirs et vifs,

    1263207531.jpg 

    la mine éveillée et agréable.  

    Ils ressemblaient à des vieillards alertes, à des petits vieux papas.

    Jamais ils ne se montraient pendant le jour.

      

    La nuit, certains s'égayaient en dehors des grottes. Il leur arrivait d'en profiter pour rentrer une récolte menacée par l'orage.

    L'été, ils sortaient en groupe et dansaient en rond dans les champs.

    Génies bienveillants,  il fallait se garder de les blesser ou de les provoquer.
     

    Les Nutons sont d'un naturel extrêmement timide et, de plus, ont de

    nombreuses raisons de craindre les humains :

    si ceux-qui-ont-élevé-les-grandes-pierres vivaient en paix avec eux,

    >  les Gaulois s'en méfiaient,

    >  les Romains les détestaient

    >  et les prêtres leur firent une chasse impitoyable, il croyait que les Nutons

    étaient des petits diables qui cherchaient à dévoyer les fidèles à la foi chancelante.

     

    Ces nains avaient pourtant des mœurs charmantes.

    Ils étaient d'excellents ouvriers, d'habiles forgerons, rémouleurs, taillandiers, chaudronniers, tisserands ou cordonniers.

    De plus, ils mettaient leurs talents au service des humains.

    Au crépuscule, les villageois venaient déposer, devant les grottes, du linge

    à blanchir, de la vaisselle à nettoyer, des objets à réparer.

    Ils y joignaient un salaire en nature : un pain, un pot de lait, des tranches de lard.

    Le lendemain, ils retrouvaient la vaisselle étincelante, l'outil réparé,

    la faux aiguisée.

    Ces bons rapports entre Nutons et campagnards cessèrent brusquement.

    Par pure méchanceté, des habitants du village mêlèrent de la cendre, de la terre

    à la pâte du pain qu'ils offraient aux petits hommes.

    Certains obstruèrent l'entrée de quelques grottes. C'en était trop!

    Les Nutons plièrent bagage, courroucés, se sentant méprisés et outragés,

    ils quittèrent le pays pour ne plus jamais y paraître...


     PUB GEEWIZZ  

      (si vous ne voyez pas la pub, actualisez la page) MERCI  

    « Un loup Chez NousUn peu de moi »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,